01 oct 2018

On offre plus que des emplois...on offre une expérience employé* !

Dans un pays dont le taux de chômage atteint 5,8% en 2018 sans parler de la province de Québec qui est à 5,4% et la ville de Québec à 3,3% on pense bien qu’attirer et surtout fidéliser ses collaborateurs sont des enjeux plus qu’incontournables chez nos chers voisins d’Amérique du Nord.

Pour y avoir vécu plus de 8 ans, je n’avais pas besoin de convaincre l’entreprise de travailler sur sa réputation et la cohérence de sa communication de marque employeur versus ce qui était vécu réellement en interne par les collaborateurs.

Dans un pays où tout va vite, ou aussitôt embarqué dans une entreprise on peut en débarquer (en choisissant de partir)  du jour au lendemain même en étant cadre, soigner ses collaborateurs et sa marque employeur sont des budgets rapidement inscrits au sein des entreprises.

En 2013, Linkedin a mené une étude auprès de plus de 3 000 recruteurs dans le monde entier afin d’identifier les grandes tendances du recrutement de l’année 2013.

La marque employeur apparaissait déjà comme une priorité majeure à 75% pour le Canada.

L’Allemagne était en même temps à 47% et la France...71% en 2013… que s’est il passé depuis ?

En Amérique du nord, on est pragmatiques et la perte de contrats au sein des entreprises était déjà réelle en 2013 en raison de la pénurie de la main d’oeuvre et de sa volatilité.

Test and learn alors passage aux actes : définition de stratégies d’employer appeal et déploiement de vrais plans de marketing rh certes pour attirer, diversifier le recrutement et surtout fidéliser et développer une relation durable avec le candidat, le collaborateur et... l’ex-collaborateur qui peut se transformer en employé boomerang et revenir à ses premiers amours en terme d’entreprise.

Miser sur l’expérience employé, une bonne expérience employé, c’est aussi, forcément, construire son attractivité grâce à ses collaborateurs. Quels sont les meilleurs ambassadeurs d’une entreprise ? Vos collaborateurs bien sûr.

 

Place aux executive summary

  • Définir une stratégie d’employer appeal, oui mais comment ?

Mesurer son attractivité en tant qu’employeur : soit vous êtes connu mais votre notoriété ne suffit pas à attirer les candidats, vos candidats, ceux dont vous avez besoin; soit vous n’être pas connu et...on a du travail pour vous connecter au réseau !

 

  • Qui êtes vous ?

Il va falloir apprendre à vous connaître vos forces notamment ce qui va bien en interne et qui vous permettra de communiquer en toute transparence et de façon cohérente. Mais aussi, parler de vos métiers ainsi que de votre secteur d’activité. Par exemple au Québec, les fortes difficultés de recrutement des métiers du bâtiment et de l'hôtellerie restauration, montrent que l’image sociale d’un secteur - et par conséquent l’image employeur de chacune des entreprises de ce secteur - est déterminante pour les candidats. Il a été notamment mis en cause la façon dont les entreprises décrivaient les emplois proposés, par nom de métier ou par une référence à une formation, plutôt que par des compétences de base à partir desquelles il serait possible, moyennant une formation minimale et une période d’adaptation, de recruter des personnes moins “qualifiées”. Face à la pénurie, les employeurs québécois ont bougé, pour certains du moins (tout n’est pas idyllique non plus !), leur façon de présenter les annonces et en recrutant des profils avec un bon potentiel, quitte à les former si nécessaire.

 

  • Une fois qu’on se connaît : affirmez vous !

Une carte d’identité de l’entreprise (les éléments factuels, les activités, les métiers exercés) et l’expression de l’âme de l’entreprise, soit ses valeurs, solidement inscrites et... solidement partagées. Linkedin, Glassdoor, Ratemyemployer ont été là rapidement au Canada pour rappeler qu’un écart entre ce qui est vécu par le collaborateur et ce qui est annoncé, surtout en termes de valeur, peut coûter très cher… Le Canada, pays d’Amérique du Nord, a une très forte culture du réseautage, le négatif est vite abordé mais quand on se plait dans son entreprise on en parle également très vite...une bonne publicité, authentique, sincère...qui ne coûte pas très cher en budget. Les programmes d’employee advocacy sont ainsi régulièrement installés dans les entreprises québécoises ainsi que des solides stratégies de contenus sur les médias sociaux. Les réseaux sociaux ont cette force de frappe pour faire rayonner votre marque employeur, consolider votre image ET votre expérience employé auprès des profils ciblés.

 

Et nous en France, où en sommes nous ? Marque employeur, Expérience employeur, Employee Advocacy, ça vous parle ??

 

Stéphanie Lagand
Stéphanie a travaillé 8 ans au Québec en conseil RH, agence de développement économique et recrutement international.

Contactez-nous

Bénéficiez de notre accompagnement dans l'élaboration de votre expérience employé !